émotion

Où êtes-vous dans votre corps ?

écoutez l’article !
Où êtes-vous dans votre corps ?

corpsOccupez votre corps ! Comme cette petite phrase peut être comprise de différentes manières. Il est bien entendu que le verbe occuper, dans ce cas, signifie bien d’y vivre à l’intérieur en conscience et en le ressentant.
Aussi, il est facile de porter son attention dans certaines parties du corps mais parfois, à certains endroits, comme l’intérieur par exemple il est plutôt difficile d’y rester, d’y être, de le sentir, de le ressentir, de le percevoir. Pourtant la pratique de la conscientisation du corps vous permet une existence plus complète et plus aisée lorsqu’elle est journalière.

Rien de compliquer, mais une pratique régulière peut favoriser beaucoup de fonctionnements dans votre corps et, surtout et c’est là le plus intéressant, de faire disparaître beaucoup de dysfonctionnements. Partons du principe que le corps rejette ou plutôt ne fluidifie pas les parties non conscientes, celles que vous oubliez, celle qui vous intéressent moins, celles que vous n’aimez pas particulièrement. C’est à dire et pour prendre exemple qu’en vieillissant nous nous replions sur nous même et donc nous faisons moins attention à notre peau, notre extérieur. Nous avons, pendant des années pour la plupart d’entre nous, été à l’extérieur de notre corps. Lorsque nous portons notre attention sur l’intérieur après bien des années, et bien nous nous apercevons que ce n’est pas très bien entretenu. On va dire que le concierge n’est pas souvent passé. Pour beaucoup, nous avons fumé, quelques fois et même passivement, nous avons consommé des boissons en quantité, nous avons été soumis à des forts bruits pendant longtemps, genre boite de nuit, nous avons fétarder, ne respectant pas notre cycle de sommeil, nous nous sommes mal alimenté, en nourriture, en énergie, en savoir, nous avons vécu des désillusions, des expériences amoureuses plus ou moins douloureuses  etc, etc. Bref, nous n’avons pas pris soin de nous autant émotionnellement que physiquement et encore moins spirituellement. Il est vital que nous devons renouer, non pas avec un vague souvenir de nos capacités, mais surtout avec ce qui est dans l’instant. Notre corps, présentement, avec toutes ses composantes, de la tête au pied en passant par la peau et ce qu’il y a dedans 🙂

Retrouvez une des pratiques =====> la Guidance « Perceptions intérieures » Le Corps (46mn)

Continuer la lecture

La croyance et les mécanismes

écoutez l’article !
Yvan Amar mars 91 Courmettes

Yvan AmarExtrait de l’enseignement de Yvan Amar (mars 1991)

… Croire c’est quoi ?

C’est croire en tel idéal, en tel objectif à atteindre, comme celui qui nous est nécessaire, pour être heureux. Mais aussi pour être reconnu, pour être apprécié, pour être aimé, pour pouvoir s’aimer soi.

Le mécanisme qui est derrière ça, c’est le mécanisme dans la petite enfance qui nous a fait projeter ces mêmes images idéales, pour être aimé de ceux qui nous dispensaient cet amour dont on avait besoin, cette nourriture affective dont on avait besoin. Le même mécanisme va se reproduire mais à notre insu. Quand on est contrarié dans ses projets, c’est cette peur en nous au bout du processus bien avant l’émotion, de ne pas correspondre à l’image idéale, donc de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé, de ne pas pouvoir s’aimer soi qui est affecté. D’où la réaction émotionnelle.

Et nous sommes emporté par ça parce que dans ces racines les plus profondes c’est rattaché à un sentiment de survie. (référence au livre « à 5 ans je m’ai tué » un roman de Howard Buten, paru en 1981le film.)

Il y a là des situations terrible où on est obligé d’adopter des comportements qui sont apriori pas les nôtres pour pouvoir être accepté, être aimé de l’autre pour finalement s’aimer soi et avoir le droit d’exister. C’est ce même mécanisme qui est touché en nous et qui constamment  va engendrer de la réaction. L’homme ordinaire est emporté par ça. Et C’est Normal qu’il soit emporté par ça ! Il est complètement déterminé dans ses racines viscérales.
Continuer la lecture

Centrage/Décentrage…

écoutez l’article !
Centrage-Décentrage.mp3

Le décentrage est une pratique inconsciente et très courante. Nous voulons tous accéder à des situations de rêves, des postes importants, d’accéder au pouvoir et même d’asservir les autres en leur marchant sur la gueule… sans nous soucier de ce qui nous correspond réellement. Aussi nous errons dans un décentrage presque quotidien, nous errons non seulement dans des métiers qui ne sont pas fait pour nous mais aussi dans des systèmes de pensés qui ne nous permettent pas d’évoluer ou de grandir en accord avec qui nous sommes réellement. Nous nous fatiguons à vouloir absolument et ce, jusqu’à la « mort » de soi ou pire jusqu’à la mort de l’autre, accepter que ce que nous croyons est la réalité et que nous allons pouvoir le vivre. Dans ces conditions, ce n’est pas si simple que cela d’avancer vers la fluidité et surtout le bonheur.
Alors nous pouvons utiliser toutes formes de masquage et autres pratiques tentant à nous faire croire que tout est possible d’un point de vue de notre vision et de nos aspirations ou plutôt de l’idée que nous nous faisons de nous ou encore de faire preuve de persuasion d’un état autre que celui qui est réellement en nous. Le décentrage perdurera inexorablement tant que notre vision ne sera pas claire.

Certes, utiliser une pratique comme les programmations neuronales, la PNL ou une forme hypnose pour ne citer que ceux-là dans le but d’un déblocage en accompagnement thérapeutique est tout à fait juste si tenté que ces pratiques correspondent à notre potentiel. Et normalement le thérapeute avéré est à même de voir si cela nous sert ou si cela nous dessert. Forcer une pratique, une idée, une réflexion n’a jamais mené à la fluidité, à l’amour et au bonheur.

Augmenter votre potentiel !
Développez votre personnalité !
Devenez plus performant !

Continuer la lecture

La souffrance

écoutez l’article !
MessagedEte.mp3

souffranceAfin de comprendre au mieux la souffrance, il faut, tout d’abord, nous plonger dans comment notre esprit peut comprendre les situations que nous vivons au quotidien et, comprendre comment notre esprit peut les appréhender. Il y a plusieurs catégories de compréhension et d’appréhension suivant la nature de ses situations.

La première catégorie de situation :
Ce dont nous pouvons faire l’expérience direct, donc l’évidence, qui nous permet de vivre directement la situation sans réfléchir et sans nous soucier d’une quelconque compréhension ou appréhension.
Par exemple : Lorsque nous entendons un son, lorsque nous goutons quelque chose, ça c’est pour la perception des objets extérieurs. Également pour ce qui est des sensations intérieures, la sensation de joie ou de souffrance ou une sensation neutre. Tout cela on peut l’apprécier directement.
Autre exemples:  Si notre intention est correcte ou déplacée. C’est à dire si nous avons une mauvaise intention ou une bonne intention.
Tout cela, nous pouvons en faire l’expérience directe.

La deuxième catégorie de situation :
Après avoir fait un certain examen de cette situation, après avoir eu une certaine réflexion, soit par déduction donc plus poussée, parce que la situation n’est pas évidente à première vue, mais que cette situation reste accessible à notre analyse et cela nous permet d’arriver à la compréhension de la situation.

Continuer la lecture

Corps et Esprit

Écoutez plutôt l’article

corpsetesprit.mp3
corps_et_esprit

Qui n’a pas désirez lier intimement son corps et son esprit ?

Que cela soit dans la lignée des samouraïs ou encore pour les pratiquants d’arts martiaux, ou peut-être les « yogistes », les méditants etc. Tout le monde essaye de prôner les bienfaits de leur art sous la même appellation, allier le corps et l’esprit, lier le corps avec l’esprit etc…

Mais qu’est-ce que tout cela veut dire.

Tout d’abord il me semble important de rappeler deux notions fondamentales dont la première est :

1- La première notion est que  l’esprit à deux aspects :
* a – D’un côté les émotions et les pensées ou pensées grossières ou encore les pensées avec des voiles obscurcissant
* b – la nature véritable, l’esprit éveillé, l’esprit divin, l’esprit clair.

2- La deuxième notion est que le corps à deux aspects :
* a – le corps grossier que l’on pourra appeler corps substantiel ou plutôt corps formel celui que l’on habite, que l’on voit
* b – le corps subtil composé des souffles (médecine chinoise), des essences qui parcourent les nadis, le bindhu ou encore appelé l’énergie vitale ou präna.

Ce qui est impossible à relier, à unir, ce sont les deux aspects grossiers, l’esprit comme on le perçoit actuellement avec ses émotions et ses pensées et le corps formel comme nous l’habitons actuellement avec l’ignorance des flux énergétiques et de ses subtilités.

Continuer la lecture

intégrer

Vous préférez écoutez l’article ?
Intégrer la Vie.mp3
poubelles

Que veut dire intégrer une situation ou encore intégrer la vie, intégrer les mots, les ressentis etc…

L’intégration est un processus visant à nous rendre neutre. C’est à dire que plus aucun mécanisme de l’égo et, ceux sous-jacent tel que le cerveau reptilien et ses dépendances, n’est sollicité ou alimenté.
Ce n’est pas passer dans l’oubli ou encore étouffer « l’affaire gênante » qui nous embête, ou même développer une attention toute particulière avec la peur de retomber dans la systématique et ainsi développer une fuite automatique dès qu’une situation similaire se représente. Ce n’est pas non plus devenir un légume ou encore une machine vide, mais bel et bien de favoriser le deuxième aspect de notre esprit qui est notre nature véritable, notre aspect divin.

L’esprit a deux aspects : Les pensées et les émotions et
la nature véritable, notre nature divine. Philosophie Bouddhique

Aujourd’hui beaucoup de personnes s’évertuent à analyser, décortiquer ou même, travailler sur une certaine partie de l’esprit, celle des émotions et des pensées qui, pour la plupart d’entre nous, est très présente et nous crée beaucoup de problèmes. Il y a tellement de choses à dire que toutes ces personnes révèlent, simplement, la multiplicité de l’être humain face à des réactions, des interprétations de chaque instant. C’est le monstre à 1000 têtes qu’Hercule, dans la mythologie Grecque, veut tuer. Chaque tête coupée repousse instantanément ou parfois même repousse à double. Je ne dis pas de laisser les poubelles nous envahir mais de les reconnaître en tant que poubelles, facteurs obscurcissants, pessimisme ou entraves à notre bonheur. Continuer la lecture

Le mouvement journalier

Ratatouille01Janvier 2013

Sentir ce mouvement courir, s’activer, prendre possession de la totalité de mon corps en créant l’émotion, le sentiment, le désir de plaisir, la vie, les battement de mon coeur, le souffle, l’émanation de mon corps…
Mais est-ce vraiment ma nature divine ?
Est-ce vraiment cela, moi ?

Je perçois autre chose. Quelque chose de plus grand, de plus joyeux, de plus lumineux… et sans cette possession, ce besoin de conquérir, d’avoir l’espace intérieur… C’est entre cette possession et la matière dont est fait mon corps. C’est comme si je définissais le bonheur par cette sensation.
Un sourire, une ouverture…Serait ce être UN que de conscientiser, de percevoir, de voir, de sentir, de humer de gouter, de toucher la multitude de parties dont on est fait, dont on est composé ?

Je crois que oui. Oh oui ça vibre ! Et la compréhension, passe par la connaissance, l’intégration, le je suis ou plutôt j’y suis !

Oh oui c’est un point à sentir, mais si subtile, et je comprend qu’il ne peut être fait que dans ce moment, car il est si fragile par son inconstance, mais si puissant par sa plénitude son existence, sa brillance. Je veux replonger dans ce moment….

Les acteurs ?
Lâcher tout ou plutôt lâcher le devoir d’explication, le devoir de le garder, plus rien n’a d’importance… être dans la tranquillité, la sérénité, être comblé, pas par ce que l’on obtient mais par ce que l’on reçoit de soi même… enfin…
J’ai la sensation que la vie peut commencer

Mais est-ce que ça va durer ? Je m’en fou ! car 1 seconde de cet état vaut toute une vie, vaut la peine d’être là !!!
C’est comme le rire d’un enfant, de son enfant, le sourire, le regard…tout devient si….présent !

Et le sens de passer un chouette après midi devient multiple

Les liens provocants des effets secondaires

Effets SecondairesNous avons tous des liens avec les objets, les plantes, les animaux, les êtres humains, les parties plus subtiles de notre vie comme les ambiances, les couleurs, les sons, la nature etc.. la liste est longue et il serait fastidieux de l’énumérer ici.

En résumé, il s’agit de notre environnement complet, complexe, qui agit sur notre manière de vivre, d’être, de donner, de recevoir, de partager etc. Nous regardons entre 1 et 10% de notre environnement. C’est à dire que nous posons un regard sur très peu de chose qui se passe autour de nous et en nous. De plus, nous ne sommes pas observateur, neutre, mais nous nous fondons dans cet environnement. Ainsi nous portons des énergies, de l’information, des ressentis, des émotions, qui sont obsolètes. Qui appartiennent à des situations qui paraissent terminées ou que nous croyons terminées.

Poser le regard avec une ouverture complète, c’est à dire ouvrir nos ressentis, nos perceptions sur chaque chose ou les évènements passés et présent et, sentir, percevoir si le cycle est bel et bien fini, fermé, passé et intégré dans notre être.

Auquel cas, le rappel se fera dans la neutralité la plus complète.
Nous pouvons même poser le regard sur la phrase que nous venons de dire, pour ressentir les « effets » que nous venons de créer ! et regarder si un ajustement doit être posé pour terminer le cycle mis en mouvement. C’est comme une musique…

Vous verrez que lorsque nous pratiquons le rappel, les souvenirs, nous avons une ou plutôt même des attaches, des accroches, à ces situations. Nous avons rattaché des émotions plus que moins bien gérées, nous avons comblé avec des gravas de souffrance ce terrain, et recouvert le tout avec de la fuite.
Cela fonctionne avec les situations, les évènements, mais aussi avec tout notre environnement et y compris les personnes. Ces liens, lorsqu’ils sont emplis d’émotions, de quelque chose, même infime, que nous avons posé (une espèce de traqueur), font partis de notre vibration, de notre état d’être.

Comme chacun le sait, nous attirons ce que nous vibrons !
Continuer la lecture

Energies trop plein !

tropplein“Ces gens qui se défoulent sur les autres”.

Le trop plein d’énergies peut mener à une extériorisation qui peut se traduire de différentes manières. Cela peut aller du repli sur soi, de la peur, de l’émotion mal gérée, en passant par l’extravagance, une humeur changeante d’heure en heure voir de minute en minute, de la provocation, de l’agacement, de la haine, de la violence, du contrôle, de la manipulation etc, mais aussi peut amener aux bouffées délirantes, montées de kundalini, excès de confiance, dédoublement de la personnalité etc ou tout simplement à la perte de son contrôle ou encore de son pouvoir personnel. Ceci n’est, bien sûr, pas une liste exhaustive. Aussi il faut porter une grande attention sur la justesse de la situation vécue sur le moment sans oublier la justesse de notre perception du moment. il faut pour cela bien se connaître.

Continuer la lecture

Énergies les attachements

Au cours de notre vie nous nous attachons à toutes les choses, les êtres et les événements qui se présentent à nous, que nous vivons, expérimentons à chaque instant. Mais comment notre esprit et nos énergies travaillent dans ces attachements ?

Notre esprit, tout d’abord. Emprunt de plusieurs parties, la partie incarnée ou ce que j’appelle les outils du mental, les émotions et les pensées, et la partie divine, notre nature véritable. Un esprit non calmé, non dompté ou encore non conquis, voit submerger la partie de nature véritable par ses pensées et ses émotions que l’on pourrait appeler mental ou égo. Ainsi sur chaque rencontre de choses, d’êtres ou d’évènements, l’esprit va poser des repères de sens (voir, toucher, sentir, gouter et écouter) ainsi que des repères d’émotions et de pensées.

Continuer la lecture