sentiment

Ecouter les silences

Écouter l’article
Écouter les silences
Je parlais de silence dans l’article précédent…

Prenons-nous le temps de fouiner, de fouiller, d’effeuiller les couches de notre intérieur ?
Avons-nous pensé à nous arrêter ? Arrêter de bouger, intérieurement et extérieurement ? Arrêter, de nous occuper l’esprit, le corps ?
Arrêter. Nous poser. Nous stopper !
Arrêter, mais vraiment !

Nous arrêter totalement afin d’écouter, de regarder, de sentir notre corps se poser, se détendre, se mettre en pause. Avons-nous seulement et vraiment essayer ne serait-ce qu’une seule fois ?

Juste quelques 10 minutes. Et Aussi, de nous préparer à vivre cet événement de manière à nous donner la possibilité de rassembler tous les éléments nécessaires à ce moment. Éléments qui se composent d’une petite préparation pour que notre corps ne soit pas tenté de s’occuper physiquement par la vue, par le goût, par le touché, etc… Position méditative ou je dirai plutôt position d’observation de notre corps et de notre esprit, assis ou allongé, dans tous les cas une position où nous sommes détendus où nous pouvons nous détendre, pour favoriser le lâcher prise des stimuli extérieurs. Laisser se poser l’esprit, la respiration et le corps avec ses muscles et son système nerveux, et surtout observer notre capacité à voir tout ce qui pourrait être cacher derrière les émotions et les pensées qui pourraient surgir. Ce n’est peut être pas du mouvement d’ailleurs. Observer, non pas juger, mais observer en laissant passer comme une rivière qui coule, tout ce qui pourrait surgir de nous ou qui apparaîtrait à nos sens dans ce très bref instant lorsque nos pensées et nos émotions cessent d’être en mouvement.

Je parle bien d’observation et non pas de stress lié à une attention poussive et extrême. La respiration et la concentration. Être là, présent à soi. C’est pour cela que la pratique de la méditation nous apporte la sérénité suffisante pour ne pas nous laisser aller à un but ou à une attention extrême qui favoriserait la mise en stress dû à une attente d’un événement intérieur, dû à une attente de résultat. Observer son corps est simplement le fait de poser le regard sur les différentes parties de notre corps, pas d’en émettre des émotions à chaque fois que nous rencontrons une partie de notre corps. Encore moins de la modifier, de projeter quelques pensées que ce soit sur elle. Lorsque nous nous plaçons en méditation, nous sommes dans l’observation, pas dans l’action, du mouvement intérieur physique et du mouvement intérieur de notre esprit. Le fait de se poser est réel. Le fait d’observer est réel.

Continuer la lecture

La croyance et les mécanismes

écoutez l’article !
Yvan Amar mars 91 Courmettes

Yvan AmarExtrait de l’enseignement de Yvan Amar (mars 1991)

… Croire c’est quoi ?

C’est croire en tel idéal, en tel objectif à atteindre, comme celui qui nous est nécessaire, pour être heureux. Mais aussi pour être reconnu, pour être apprécié, pour être aimé, pour pouvoir s’aimer soi.

Le mécanisme qui est derrière ça, c’est le mécanisme dans la petite enfance qui nous a fait projeter ces mêmes images idéales, pour être aimé de ceux qui nous dispensaient cet amour dont on avait besoin, cette nourriture affective dont on avait besoin. Le même mécanisme va se reproduire mais à notre insu. Quand on est contrarié dans ses projets, c’est cette peur en nous au bout du processus bien avant l’émotion, de ne pas correspondre à l’image idéale, donc de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé, de ne pas pouvoir s’aimer soi qui est affecté. D’où la réaction émotionnelle.

Et nous sommes emporté par ça parce que dans ces racines les plus profondes c’est rattaché à un sentiment de survie. (référence au livre « à 5 ans je m’ai tué » un roman de Howard Buten, paru en 1981le film.)

Il y a là des situations terrible où on est obligé d’adopter des comportements qui sont apriori pas les nôtres pour pouvoir être accepté, être aimé de l’autre pour finalement s’aimer soi et avoir le droit d’exister. C’est ce même mécanisme qui est touché en nous et qui constamment  va engendrer de la réaction. L’homme ordinaire est emporté par ça. Et C’est Normal qu’il soit emporté par ça ! Il est complètement déterminé dans ses racines viscérales.
Continuer la lecture

Le mouvement journalier

Ratatouille01Janvier 2013

Sentir ce mouvement courir, s’activer, prendre possession de la totalité de mon corps en créant l’émotion, le sentiment, le désir de plaisir, la vie, les battement de mon coeur, le souffle, l’émanation de mon corps…
Mais est-ce vraiment ma nature divine ?
Est-ce vraiment cela, moi ?

Je perçois autre chose. Quelque chose de plus grand, de plus joyeux, de plus lumineux… et sans cette possession, ce besoin de conquérir, d’avoir l’espace intérieur… C’est entre cette possession et la matière dont est fait mon corps. C’est comme si je définissais le bonheur par cette sensation.
Un sourire, une ouverture…Serait ce être UN que de conscientiser, de percevoir, de voir, de sentir, de humer de gouter, de toucher la multitude de parties dont on est fait, dont on est composé ?

Je crois que oui. Oh oui ça vibre ! Et la compréhension, passe par la connaissance, l’intégration, le je suis ou plutôt j’y suis !

Oh oui c’est un point à sentir, mais si subtile, et je comprend qu’il ne peut être fait que dans ce moment, car il est si fragile par son inconstance, mais si puissant par sa plénitude son existence, sa brillance. Je veux replonger dans ce moment….

Les acteurs ?
Lâcher tout ou plutôt lâcher le devoir d’explication, le devoir de le garder, plus rien n’a d’importance… être dans la tranquillité, la sérénité, être comblé, pas par ce que l’on obtient mais par ce que l’on reçoit de soi même… enfin…
J’ai la sensation que la vie peut commencer

Mais est-ce que ça va durer ? Je m’en fou ! car 1 seconde de cet état vaut toute une vie, vaut la peine d’être là !!!
C’est comme le rire d’un enfant, de son enfant, le sourire, le regard…tout devient si….présent !

Et le sens de passer un chouette après midi devient multiple