intérieur

La croyance et les mécanismes

écoutez l’article !
Yvan Amar mars 91 Courmettes

Yvan AmarExtrait de l’enseignement de Yvan Amar (mars 1991)

… Croire c’est quoi ?

C’est croire en tel idéal, en tel objectif à atteindre, comme celui qui nous est nécessaire, pour être heureux. Mais aussi pour être reconnu, pour être apprécié, pour être aimé, pour pouvoir s’aimer soi.

Le mécanisme qui est derrière ça, c’est le mécanisme dans la petite enfance qui nous a fait projeter ces mêmes images idéales, pour être aimé de ceux qui nous dispensaient cet amour dont on avait besoin, cette nourriture affective dont on avait besoin. Le même mécanisme va se reproduire mais à notre insu. Quand on est contrarié dans ses projets, c’est cette peur en nous au bout du processus bien avant l’émotion, de ne pas correspondre à l’image idéale, donc de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé, de ne pas pouvoir s’aimer soi qui est affecté. D’où la réaction émotionnelle.

Et nous sommes emporté par ça parce que dans ces racines les plus profondes c’est rattaché à un sentiment de survie. (référence au livre « à 5 ans je m’ai tué » un roman de Howard Buten, paru en 1981le film.)

Il y a là des situations terrible où on est obligé d’adopter des comportements qui sont apriori pas les nôtres pour pouvoir être accepté, être aimé de l’autre pour finalement s’aimer soi et avoir le droit d’exister. C’est ce même mécanisme qui est touché en nous et qui constamment  va engendrer de la réaction. L’homme ordinaire est emporté par ça. Et C’est Normal qu’il soit emporté par ça ! Il est complètement déterminé dans ses racines viscérales.
Continuer la lecture

Centrage/Décentrage…

écoutez l’article !
Centrage-Décentrage.mp3

Le décentrage est une pratique inconsciente et très courante. Nous voulons tous accéder à des situations de rêves, des postes importants, d’accéder au pouvoir et même d’asservir les autres en leur marchant sur la gueule… sans nous soucier de ce qui nous correspond réellement. Aussi nous errons dans un décentrage presque quotidien, nous errons non seulement dans des métiers qui ne sont pas fait pour nous mais aussi dans des systèmes de pensés qui ne nous permettent pas d’évoluer ou de grandir en accord avec qui nous sommes réellement. Nous nous fatiguons à vouloir absolument et ce, jusqu’à la « mort » de soi ou pire jusqu’à la mort de l’autre, accepter que ce que nous croyons est la réalité et que nous allons pouvoir le vivre. Dans ces conditions, ce n’est pas si simple que cela d’avancer vers la fluidité et surtout le bonheur.
Alors nous pouvons utiliser toutes formes de masquage et autres pratiques tentant à nous faire croire que tout est possible d’un point de vue de notre vision et de nos aspirations ou plutôt de l’idée que nous nous faisons de nous ou encore de faire preuve de persuasion d’un état autre que celui qui est réellement en nous. Le décentrage perdurera inexorablement tant que notre vision ne sera pas claire.

Certes, utiliser une pratique comme les programmations neuronales, la PNL ou une forme hypnose pour ne citer que ceux-là dans le but d’un déblocage en accompagnement thérapeutique est tout à fait juste si tenté que ces pratiques correspondent à notre potentiel. Et normalement le thérapeute avéré est à même de voir si cela nous sert ou si cela nous dessert. Forcer une pratique, une idée, une réflexion n’a jamais mené à la fluidité, à l’amour et au bonheur.

Augmenter votre potentiel !
Développez votre personnalité !
Devenez plus performant !

Continuer la lecture

Comment puis-je…

Buddha CoeurComment puis-je instaurer la paix là où il y a le marasme ?
Comment puis-je instaurer la sérénité là où il y a le bruit ?
Comment puis-je ne pas souffrir de mes rêves piétinés ou détruits ?
Comment puis-je ne pas me laisser envahir par la colère ou le désarroi ?

Il n’y a rien à ajouter. Rien à mettre en œuvre. Juste voir les composantes de la situation qui me permettra de reconnaître ce qui n’est pas à moi, mais à mon esprit égotique. Celui ci n’est pas un ennemi. Il n’est pas à abattre, bien au contraire. Mais le reconnaître me permet de me dissocier et ainsi voir émerger une nature nouvelle.

Il n’y a rien à ajouter. Rien à mettre en œuvre. Juste voir les composantes de la situation, qui me permettra de voir la situation dans son intégralité. De plusieurs points de vues différents et ainsi, me voir détaché. Me sentir à la place où je suis par rapport à la situation. Se détacher n’est pas s’en foutre, mais reconnaître la situation telle qu’elle est. La voir comme dans une télé.
Comment elle est venue. Qu’est-ce qui l’a attiré.

Une partie de moi certes. Mais bien plus profond, il y a mes vibrations intérieures, mes réels besoins qui ont créé et mis en œuvre cette situation. Conjointement avec les acteurs du monde, cette situation voit le jour, nait, et entre dans mes champs vibratoires dès la rencontre.

C’est ainsi que mon esprit égotique forge toutes les défenses possibles et interprète la situation grossièrement avec beaucoup d’émotions et de décentrage. Ainsi est créé le marasme, le bruit intérieur, la souffrance, la colère, le désarroi.

Lorsque je pratique cette vigilance, cette attention vis à vis de moi, de ma fluidité et de mes sens, mon regard s’apaise et est beaucoup plus serein. Je m’aperçois alors que mon espace intérieur est beaucoup plus vaste. Il y a de la place entre tous mouvements intérieurs et extérieurs.

Je suis conscient en toutes choses, en tous lieux et ainsi je reconnais le « CHEM UN » (écouter le divin), mon chemin.

Joyeux Noël et Bonne Année 🙂
Hervé de Saint Germain

Le mouvement journalier

Ratatouille01Janvier 2013

Sentir ce mouvement courir, s’activer, prendre possession de la totalité de mon corps en créant l’émotion, le sentiment, le désir de plaisir, la vie, les battement de mon coeur, le souffle, l’émanation de mon corps…
Mais est-ce vraiment ma nature divine ?
Est-ce vraiment cela, moi ?

Je perçois autre chose. Quelque chose de plus grand, de plus joyeux, de plus lumineux… et sans cette possession, ce besoin de conquérir, d’avoir l’espace intérieur… C’est entre cette possession et la matière dont est fait mon corps. C’est comme si je définissais le bonheur par cette sensation.
Un sourire, une ouverture…Serait ce être UN que de conscientiser, de percevoir, de voir, de sentir, de humer de gouter, de toucher la multitude de parties dont on est fait, dont on est composé ?

Je crois que oui. Oh oui ça vibre ! Et la compréhension, passe par la connaissance, l’intégration, le je suis ou plutôt j’y suis !

Oh oui c’est un point à sentir, mais si subtile, et je comprend qu’il ne peut être fait que dans ce moment, car il est si fragile par son inconstance, mais si puissant par sa plénitude son existence, sa brillance. Je veux replonger dans ce moment….

Les acteurs ?
Lâcher tout ou plutôt lâcher le devoir d’explication, le devoir de le garder, plus rien n’a d’importance… être dans la tranquillité, la sérénité, être comblé, pas par ce que l’on obtient mais par ce que l’on reçoit de soi même… enfin…
J’ai la sensation que la vie peut commencer

Mais est-ce que ça va durer ? Je m’en fou ! car 1 seconde de cet état vaut toute une vie, vaut la peine d’être là !!!
C’est comme le rire d’un enfant, de son enfant, le sourire, le regard…tout devient si….présent !

Et le sens de passer un chouette après midi devient multiple

A coeur ouvert !

A cœur ouvert !

Nous nous sommes entêtés à nous protéger des actions extérieure.
Tout d’abord par le schéma parental qui nous inculque que tout ce qui est étranger n’est pas bon. La notion du clan, de la famille, l’appartenance aux valeurs nous pousse dans un cercle plus ou moins restreint.
Résultat: nous essayons, mais nous ne faisons pratiquement jamais

Le système scolaire qui nous nivèle dans une systématique d’apprentissage par le mental, la société qui tente à perdurer cette systématique, bref. Tout ceci ne nous apprend pas à développer nos acuités, nos possibilités à accueillir, à ressentir, à vibrer, à aimer, à apprécier…. la justesse en soi.

Rare sont les moments où nous pouvons nous centrer, ou plutôt rares sont les moments où il y a quelqu’un qui nous écoute parler de nous. Généralement ce sont tout au plus des personnes de même âge, des copines, des copains, des cousines, des cousins, des sœurs, des frères… Le schéma parental n’offre actuellement que rarement cette possibilité. Le schéma social très peu. Nous nous retrouvons un peu comme des billes de flipper ballotées, cassées, déchirées cherchant un peu de lumière en quelques personnes, quelques lieux….nous voulons voyager, nous voulons faire la fête pour oublier, pour nous oublier !
Nous foutons le camp ailleurs parce que chez nous… on ne connait pas vraiment.

Après cet étalage de négation, il est important de connaître que toutes les possibilités s’offrent à nous.
Toutes les possibilités !
Tous les outils, la chance, la lucidité, la beauté, le charisme, l’AMOUR et bien d’autres, sont en nous. C’est dans ces états que la réussite nous prend, nous enveloppe dans son manteau et nous accompagne.
OUI nous sommes capables !
OUI nous avons en nous toutes les capacités nécessaires pour arriver à percer le secret, qui n’en est pas un, de notre intérieur.

Continuer la lecture

Énergie la perception de l’autre

La perception de l’autre est un peu ardue lorsqu’on cherche à la stabiliser. Normal, il n’y a rien à stabiliser, rien à retenir, à freiner, puisque tout change, tout est mouvement. La perception de l’autre est toujours suivant notre vérité, notre regard. Normal puisque nous vivons au travers de notre filtre mental, de nos 5 sens en superficialité, et ne voyons pas des situations mais bien des problèmes, des pensées et des émotions que nous gérons plus ou moins bien. Ou encore le plus souvent, exprimons de la gêne ou du plaisir, le j’aime, j’aime pas etc… Cela crée notre propre réalité et nous croyons que celle-ci est la réalité de tous les mondes. Et pourtant. Percevoir l’autre, c’est entrer dans l’univers du réel, l’univers du choix conscient, du choix du bien être. L’univers de la micro interrelation, l’infiniment petit et grand de l’inter-échange énergétique. Cet échange subtil, défini un ensemble de paramètres énergétiques qui vont eux mêmes définir le j’aime, j’aime pas, le bien être ou le malaise etc. Car si nous nous connectons à cette “naissance”, ces interstices, c’est toute une maitrise que nous pouvons observer.

Continuer la lecture

Énergies, Perte de repères

Et oui, les pertes de repères sont fréquentes. Qu’elles soient de nature physique (par ex la vieillesse, la maladie…), ou bien mentales (ex:avec les changements de situation rapide, perte de quelque chose que l’on tenait…), ou encore émotionnelle (ex: perte d’un ami ou d’un être cher…), la perte d’un ou de plusieurs repères peuvent nous déstabiliser. C’est souvent le changement brutal qui interfère dans notre quotidien qui vient causer le plus de “dégâts”.

Notre quotidien que l’on a soigneusement temporisé et qui ne respecte plus les variations des situations, du temps et de l’accélération. Afin de garantir la stabilité de notre petit univers, nous mettons quantité de stratagèmes en route et nous prenons bon nombre de ces repères comme acquis. L’embêtant, c’est que ces repères sont pour la plupart instables et nous essayons d’en faire notre permanence quotidienne.

Continuer la lecture

Énergies intérieures

Il est vrai que nous pensons que tout se passe à l’extérieur de nous. Et nous cherchons toujours le bien être à l’extérieur de notre corps. Et pourtant, tout commence à l’intérieur et dans des parties que l’on ne soupçonne pas. Nous sommes des instruments composés de plusieurs parties qui vibrent à l’unisson.

Reprenons l’exemple de l’horloge chinoise

Chaque organe fonctionne à des horaires différentes. Les vibrations émises par tous les acteurs de notre corps (organes, glandes, Adn, etc.) forme un tout vibratoire qui nous fait être qui nous sommes et ce que nous vibrons à l’intérieur. Chaque partie de notre corps vibre quelque chose suivant ce que nous vivons, ce que nous mangeons, ce que nous ressentons et ce que nous percevons, ce que nous disons et ce que nous pensons. Tous ces éléments forment notre vibration principale. Un peu comme le moteur d’une voiture sur lequel nous focalisons notre attention sur le bruit général et non pas sur chaque bruit que compose le moteur (soupapes, admission, turbo, courroie etc…).

Seul le bon mécanicien automobile saura immédiatement ce qui ne va pas. Ce que je vous propose, c’est de vous donner certains éléments, parfois même des outils, pour (re)devenir votre propre mécanicien et porter votre attention sur les différentes parties de vous même, pour connaître encore mieux votre corps.

Ainsi, vous pourrez connaître aisément les mauvais et les bons fonctionnements. Ceci vous permettra de reprendre votre pouvoir personnel que l’on a tendance à donner un peu trop facilement à l’extérieur et donc à d’autres personnes pas franchement au courant de qui vous êtes, et de ce que vous vivez, ressentez et percevez.

Continuer la lecture

Retrouver la prochaine radio lasource11me PlayTheRadio lasource11me Streaming
Le Wésak est le moment où l'union des énergies Bouddhique et Christique viennent ensemble pour bénir la Terre et toute l'Humanité à la Pleine Lune en Taureau de chaque année. Ne pas confondre avec l'anniversaire de Bouddha qui serait au mois de mai.

2015 : 27 Octobre 2020 : 31 Octobre
2016 : 16 Octobre 2021 : pas de lune en taureau
2017 : 4 Novembre 2022 : 8 Novembre
2018 : 24 Octobre 2023 : 28 octobre
2019 : 12 Novembre 2024 : 15 Novembre
2025 : 05 Novembre 2026 : 26 Octobre