dénonciation du faux

Normalité

Qu’est-ce que la normalité ?
Est-ce que la normalité existe intrinsèquement ou a-t-elle une existence propre ?
Sur quoi est fondée la normalité ?

Les personnes veulent généralement devenir d’autres personnes. Nous ne voulons pas accepter la plupart du temps qui nous sommes. Nous voyons l’herbe plus verte chez les autres mais rarement chez nous. Pourtant, quoi de mieux que de voir et ressentir, être présent, lorsque toutes nos capacités s’expriment avec fluidité, s’expriment de l’intérieur vers l’extérieur tout en trouvant leurs places, leur justesse naturelle. De même sur notre environnement, nous croyons que la nature n’est rien ou qu’elle se laisse faire. Mais au contraire la nature est en perpétuel changement, mouvement, et dans un rythme bien précis et respectueux de son équilibre.

Voici quelques années en arrière, nous comprenions fortement que le rythme des saisons était nécessaire pour notre survie sur cette planète. Aujourd’hui le temps n’est pas plutôt entré dans l’hiver que nous voulons sortir du printemps. Il n’est pas plutôt arrivé en automne que nous regrettons l’été avec sa chaleur et ses plages. Car nous considérons que la normalité devrait être l’été. Dans tous les cas, ce que nous considérons bien pour nous, devrait être la normalité. Nous ne travaillons plus les mal-êtres, nous ne nous posons pas, ou plus les questions pourquoi nous ne sommes pas bien dans telles ou telles situations. Nous accélérons et nous changeons de normalité avec cette accélération, perdant de vue le rythme de chaque chose, la musique de chaque événement et la vibration en toutes choses, nonobstant le fait, que nous nous perdons dans le consumérisme et les compétitions de celui qui va aller le plus vite. Ainsi les situations, les événements que nous vivons au quotidien n’ont pas le temps de se terminer que nous passons à autre chose et de ce fait, bien des énergies, bien des mouvements, bien des situations restent en suspens. (CF article Effets secondaires )

Un centenaire disait que pour vivre longtemps nous devons consommer des aliments de notre région ou de la région où nous sommes nés. Que nous devons boire de l’eau du même endroit d’où nous venons. Si tentés que nous croyons à la réincarnation ou encore à d’autres existences non terrestres, nous venons sur terre avec des énergies bien particulières, des « branchements » très particuliers et des intentions bien précises qui souvent au fil des années s’éloignent de nous ou plutôt, nous pourrions dire que ce sont nos choix qui nous éloignent de nos énergies, nos branchements, nos intentions, car nous ne pratiquons plus ou peu la conscience de ces énergies dont nous sommes pourvus. Nos énergies sont spécifiques à nous et seulement à nous. Lorsque nous absorbons dans notre corps des substances alimentaires ou même de l’émotion (c’est aussi de l’absorption), que nous absorbions par le sensitif ou toutes autres formes d’absorption dont nous disposons et de quelque nature que ce soit, cela perturbe pas forcément en mal, mais cela perturbe, modifie, sensibilise aussi notre stabilité naturelle. Cela modifie nos énergies et notre corps doit faire preuve d’adaptation pour rétablir la fluidité. Nous pourrions dire qu’il y a encore des stimuli, des besoins de notre véhicule, le corps humain, de trouver rapidement une solution à tout ce stress, nous prouvant qu’il est nécessaire d’aller plus vite pour résoudre ces mal-êtres. Et lorsque ces mal-êtres nous paraîtront résolus, alors nous pourrons nous reposer dans notre zone de confort et de bien-être ?

Où est la normalité dans ces cas ? Est-ce la fluidité qui peut nous paraître être un repos, de l’espace, de la tranquillité du fait de cet espace, ou le changement qui nous fait nous adapter à chaque seconde ?
Est-ce nos croyances ou celles des autres qui font que cette normalité est un bien-être ou plutôt une mise en sécurité pour nous ?

Continuer la lecture

La croyance et les mécanismes

écoutez l’article !
Yvan Amar mars 91 Courmettes

Yvan AmarExtrait de l’enseignement de Yvan Amar (mars 1991)

… Croire c’est quoi ?

C’est croire en tel idéal, en tel objectif à atteindre, comme celui qui nous est nécessaire, pour être heureux. Mais aussi pour être reconnu, pour être apprécié, pour être aimé, pour pouvoir s’aimer soi.

Le mécanisme qui est derrière ça, c’est le mécanisme dans la petite enfance qui nous a fait projeter ces mêmes images idéales, pour être aimé de ceux qui nous dispensaient cet amour dont on avait besoin, cette nourriture affective dont on avait besoin. Le même mécanisme va se reproduire mais à notre insu. Quand on est contrarié dans ses projets, c’est cette peur en nous au bout du processus bien avant l’émotion, de ne pas correspondre à l’image idéale, donc de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé, de ne pas pouvoir s’aimer soi qui est affecté. D’où la réaction émotionnelle.

Et nous sommes emporté par ça parce que dans ces racines les plus profondes c’est rattaché à un sentiment de survie. (référence au livre « à 5 ans je m’ai tué » un roman de Howard Buten, paru en 1981le film.)

Il y a là des situations terrible où on est obligé d’adopter des comportements qui sont apriori pas les nôtres pour pouvoir être accepté, être aimé de l’autre pour finalement s’aimer soi et avoir le droit d’exister. C’est ce même mécanisme qui est touché en nous et qui constamment  va engendrer de la réaction. L’homme ordinaire est emporté par ça. Et C’est Normal qu’il soit emporté par ça ! Il est complètement déterminé dans ses racines viscérales.
Continuer la lecture