Archives mensuelles : octobre 2014

Tout à une fin

Tout à une fin !
Est-ce que cela vous contrarie ou vous gêne, lorsque vous attentez cette phrase ?

Le tout n’a pas de fin, parce que tout ce que l’on fait au sein du tout a une fin. Aller contre la fin de tout, ce qui se fait, c’est aller contre la vérité du tout. La fin est la loi de la vie. Toute chose a sa fin. Et c’est par la fin de chaque chose que le tout est éternel. C’est parce que tout a une fin, que le tout est central.
Si je peux vivre chaque chose en adhérant au simple fait que cette chose a sa fin, je développe une autre relation à cette chose. Déjà, je ne la considère plus hautement et exclusivement par rapport à moi. Si je cultive des roses dans mon jardin, si je les cultive que pour moi, je vais être malheureux que cette rose grandisse, se fane et meure. Si je cultive la rose pour la rose, la voir se développer normalement puis perdre ses pétales, et disparaître, alors c’est une joie constante.
L’art de vivre, c’est de bien vivre toutes les fins.
Yvan Amar

Méditation et voyages ?

écoutez l’article !
Méditation Voyages.mp3

La compagnie voyagerConscience&Voyages vous souhaite bienvenue à bord !

Le processus de la méditation est un processus qui vise à nous faire connaitre notre esprit. Par l’observation, par la vigilance, l’attention et l’espace intérieur. C’est aussi le moyen de faire « revenir » l’esprit en lui même, dans sa demeure. Certes, vous pouvez voyager avec des guidances, des sons, des images ou encore des icônes ceci est fort correct. Mais est-ce que cela favorise votre élévation spirituelle ? C’est à dire est-ce que cela vous fait connaitre mieux votre esprit et le ramène en lui même pour favoriser sa conscience et sa présence en chaque instant de votre quotidien ?

Il y a plusieurs façons et pratiques de ramener son esprit en lui même. C’est ce que les bouddhistes appellent Shamatha (prononcer chamata) ou Shiné pour les Tibétains. Shamatha c’est la pratique pour pauser l’esprit (l’esprit en paix). Il existe Shamatha avec support, avec les sons, les images, les icônes, et même les émotions, les odeurs et pour exemple concret, les guidances qui vous sont proposées sur ce site. Ce sont des pratiques qui vous mènent à pauser votre esprit pour vous accorder de l’espace, de l’attention et de la vigilance, afin que votre esprit se ramène en lui même, dans ce corps qui est le votre et pour développer sa présence et sa pleine conscience de l’instant vécu. Shamatha avec support est un passage parmi tant d’autre certes, non obligatoire mais parfois salutaire lorsqu’on sort un peu des vicissitudes de notre existence ô combien bruyantes et que l’on veut retrouver une connexion avec notre corps et le paisible de notre esprit. Lorsqu’on est habitué avec shamatha avec support et que la relation avec notre véhicule qu’est notre corps, est intime dans tous les instants, alors on peut commencer à pratiquer shamatha sans support.
Continuer la lecture

La souffrance

écoutez l’article !
MessagedEte.mp3

souffranceAfin de comprendre au mieux la souffrance, il faut, tout d’abord, nous plonger dans comment notre esprit peut comprendre les situations que nous vivons au quotidien et, comprendre comment notre esprit peut les appréhender. Il y a plusieurs catégories de compréhension et d’appréhension suivant la nature de ses situations.

La première catégorie de situation :
Ce dont nous pouvons faire l’expérience direct, donc l’évidence, qui nous permet de vivre directement la situation sans réfléchir et sans nous soucier d’une quelconque compréhension ou appréhension.
Par exemple : Lorsque nous entendons un son, lorsque nous goutons quelque chose, ça c’est pour la perception des objets extérieurs. Également pour ce qui est des sensations intérieures, la sensation de joie ou de souffrance ou une sensation neutre. Tout cela on peut l’apprécier directement.
Autre exemples:  Si notre intention est correcte ou déplacée. C’est à dire si nous avons une mauvaise intention ou une bonne intention.
Tout cela, nous pouvons en faire l’expérience directe.

La deuxième catégorie de situation :
Après avoir fait un certain examen de cette situation, après avoir eu une certaine réflexion, soit par déduction donc plus poussée, parce que la situation n’est pas évidente à première vue, mais que cette situation reste accessible à notre analyse et cela nous permet d’arriver à la compréhension de la situation.

Continuer la lecture